créativ’âge : Bien vieillir dans sa maison

 

Des architectes du CAUE du Finistère ont renseigné les Plouzanéens sur l’habitat et le vieillissement, mardi dernier. Les professionnels ont dispensé des conseils et des idées aux habitants pour adapter leur logement, afin qu’ils puissent y demeurer le plus longtemps possible.
Mardi, le centre social La Courte échelle avait convié des architectes du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE). Cette journée sur le thème de l’habitat et du vieillissement, agrémentée d’une exposition réalisée par de jeunes architectes et paysagistes, a accueilli de nombreux Plouzanéens.

Pendant la journée, les deux architectes, spécialistes de l’habitat, ont rencontré une douzaine de couples. Venus avec leurs plans de maison, ils ont reçu des conseils et des idées, afin de se projeter dans le futur, tout en restant chez eux.

« Il faut aussi penser à la revente des biens »

La vieillesse peut engendrer la maladie ou le handicap, et se mouvoir dans une maison qui n’est pas ou plus adaptée, c’est compliqué. « Avant, on passait de son logement à la maison de retraite. Mais, aujourd’hui, on maintient le plus possible les personnes à domicile, ce qui demande de l’organisation et la réadaptation des espaces. Les demandes des couples sont surtout axées sur l’adaptation et la réadaptation de leur habitat, qui, pour la plupart, date des années 1970.
Des transformations devront être faites dans ces logements, si les personnes veulent rester chez elles le plus tard possible », explique Nicolas Duverger, architecte et directeur du CAUE du Finistère
Quand on a 75 ans, on se dit que l’on restera encore une dizaine d’années dans sa maison, une fois qu’elle sera modifiée et que les lieux seront rendus commodes. Mais il faut également penser à la revente des biens, qui peuvent être achetés aussi bien par des jeunes que par des moins jeunes.
« On a un rôle de conseil auprès des personnes qui viennent se renseigner. Avec elles, on étudie l’accessibilité et la topographie des lieux intérieurs et extérieurs de leur habitation, afin de leur proposer des solutions et d’éviter certaines erreurs », poursuit Nicolas Duverger.

Des permanences sur rendez-vous

Les Plouzanéens ont été enchantés par cette journée et beaucoup d’entre eux n’ont pu s’inscrire que sur la liste d’attente, preuve du succès rencontré. Elles peuvent toutefois se rapprocher de la permanence du CAUE à Lanrivoaré, qui se tient le premier jeudi de chaque mois.
Le CAUE du Finistère, qui est basé à Quimper, a été créé il y a quatre ans. Il est le 92e à être né en France, de la loi sur l’architecture du 3 janvier 1977. Tous sont financés par la taxe d’aménagement.

Pratique
La permanence du CAUE se tient le premier jeudi de chaque mois, sur rendez-vous, à la communauté de communes du Pays d’Iroise et des Abers, à Lanrivoaré. Contact : tél. 02 98 84 28 65.

Aller à la barre d’outils