Défilé de mode

Samedi 2 juin, la médiathèque recevait les créateurs de Temps Libre et de La Courte Échelle, pour un défilé de mode haut en couleur. Si les vêtements n’étaient conçus qu’en papier, leurs auteurs s’étaient affublés, non sans humour, de noms bien connus !

Une soixantaine de personnes ont assisté à cette jolie prestation, menée par des mannequins d’un jour, qui ont présenté une magnifique collection. Mathéo, habillé par Renée Lagerfield, a ouvert le bal avec un costume de dandy, réalisé à partir de nappe, papier peint et journaux pour les accessoires. Une robe exclusivement faite de papier journal, intitulée « Revue de presse » et conçue par Christine Gauthier, a été présentée par Yuna. La suite du défilé concernait un des contes de Perrault, avec une création de Julie Gayet et Mathieu Hollande. Les costumes du Grand méchant loup et du Petit chaperon rouge, confectionnés en nappe et papier intissé, étaient portés par Milan et Osirise.

Comme le précisait la présentatrice, Isabelle Séité, « dans notre région, il est toujours utile d’avoir une carte marine. C’est pourquoi les créatrices, Cécile Saint-Laurent et Marie-Claude Dior, se sont penchées sur cet univers ».Une robe plissée en cartes maritimes et un modèle jupe-bustier, fait d’enveloppes et de pochettes en papier tressé, étaient portés respectivement par Solange et Luna. Le costume suivant, un arlequin élaboré avec des affiches du festival du Bout du Monde et présenté par César, est né de l’inspiration d’Annie Gucci.

Poésie et sensibilité

La fin du défilé étant proche, poésie et sensibilité ont pris place, avec le raffinement du mariage. Une création originale de Caroline de Monaco, composée de fleurs multicolores en papier crépon, habillait Angelina. Elle était accompagnée par une demoiselle d’honneur, Apollonia, vêtue d’une robe rose faite exclusivement de papier peint.

Le clou du défilé était bien évidemment la robe de mariée, celle que tout le public attendait. Après avoir été émerveillé par les autres costumes, qui ont demandé un travail colossal et de nombreuses petites mains, les spectateurs ont été subjugués par la dernière pièce. Créée par Béatrice Vuitton, la robe de mariée, portée par Anaïs, comportait 600 cônes de papier cristal, fixés sur de l’intissé.

Nos modèles ont été coiffés et maquillés par Béatrice Vuitton et Amaya Dessange.

Un grand merci à tous les collaborateurs sans qui cet évènement n’aurait pas vu le jour. Un grand merci également à l’école de musique et particulièrement aux musiciens Maxime et Mathéo ainsi qu’à leur coach Olivier.

Un goûter, préparé par l’atelier « Cuisinons ensemble », a clos cette superbe animation, ovationnée par tous.

Aller à la barre d’outils