Retour sur le système R du 28 septembre

Le Système R est un lieu où l’on peut apporter du petit électroménager défectueux pour qu’il soit réparé. C’est surtout un lieu d’échange et de partage.

Les Repair cafés, ou Système R comme il est nommé à Plouzané, font le bonheur de nombreuses personnes, qui voient leurs objets retrouver une seconde vie. Ces rendez-vous permettent à plusieurs bénévoles de se retrouver, pour aider les habitants à réparer leurs objets défectueux. Samedi, au centre social, des machines à café ou des radios-réveils sont venus retrouver une seconde jeunesse. « L’idée première est de pas jeter. Et souvent, un petit coup de tournevis, un point de colle ou une petite soudure, voire un simple dépoussiérage, font l’affaire. Près de 50 % des objets qui passent entre nos mains repartent en état de marche », expliquent les bénévoles.

Réparer et apprendre à réparer

Ces derniers émettent un diagnostic de l’appareil, expliquent au visiteur ce qui ne va pas et se lancent dans la réparation – si elle est possible. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle est garantie. Apprendre à réparer et transmettre ses savoir-faire sont aussi des objectifs de ces rencontres. Coudre un bouton, dépanner un ordinateur, réparer du petit électroménager sont à la portée de ceux que le bricolage rebute.

« À notre arrivée, on remplit un petit questionnaire et une personne prend note des objets que l’on souhaite réparer. Un petit café ou thé, ainsi que des gâteaux sont à notre disposition. Les bénévoles sont très accueillants, et l’ambiance du côté des réparateurs est à la fois studieuse et sympathique. C’est très chaleureux et on se sent à l’aise », expliquent des visiteurs.

Valeurs plus authentiques

Le système R a ses habitués, tandis que certains arrivaient samedi pour la première fois. Tous sont conquis par l’ambiance conviviale : on vient aussi pour ça, pas que pour faire des économies. Certains visiteurs sont même passés de l’autre côté de la barrière et offrent maintenant leurs services comme bénévoles. « J’étais venu faire réparer une cafetière, lors d’un Système R précédent, et puis je me suis dit pourquoi pas offrir mes compétences de mécanique. Ni une ni deux, me voilà », raconte Éric, un des nouveaux venus.

Le monde associatif, comme au centre social, demeure le moteur essentiel de cette économie de seconde main, et le Système R est plus qu’un simple espace de réparation. « C’est un lieu de lien qui attire des gens qui n’en peuvent plus de la vie moderne, où l’on achète et on jette. Ici, les valeurs sont plus authentiques », conclut Renée Guérec, présidente du centre social.

Prochaine date le Samedi 30 Novembre 2019

Article Télégramme Michelle Cessou

Aller au contenu principal
Aller à la barre d’outils